Actualités
La beauté au prix de la santé
s394371[1]

Les femmes sont prêtes à tout pour satisfaire aux critères de beauté imposés par la société. Certes, la beauté demande des sacrifices. Mais quel est le prix à payer ? Aujourd’hui certains sacrifices semblent absolument injustifiés.

Selon les études d’une célèbre biochimiste Gabriela Casanova-Larrosa l’obsession des femmes d’éviter la transpiration à tout prix serait parmi les principales causes du cancer du sein. Dans la société moderne une femme avec des auréoles sous les bras frise le sacrilège. Pour cette raison les représentantes du beau sexe sont prêtes à se noyer sous les litres de produits cosmétiques au détriment de leur santé. Malheureusement, peu parmi nous font attention à la composition des déodorants. Les fabricants et les publicitaires vantent les résultats extraordinaires du produit et passent sous silence ses effets néfastes à long terme. Cependant, les anti-transpirants cachent une vraie bombe à retardement. Il s’agît des cancérogÈnes avérés tels que le chlorure d’aluminium et les parabÈnes.

Un petit rappel d’ordre physiologique. Certaines zones de notre corps sont destinées à éliminer les toxines sous forme de transpiration, la principale se trouvant sous les aisselles. Les anti-transpirants bloquent l’élimination des toxines par les pores. Par conséquent, elles s’accumulent dans les nœuds lymphatiques axillaires. En utilisant ces déodorants vous condamnez vos cellules à survivre dans des conditions extrêmes. En plus, l’application viens souvent après la douche et l’épilation des aisselles avec un rasoir. La peau ainsi rasée et échauffée favorise la pénétration plus profonde des substances chimiques. Un conseil : laissez à vos pores le temps de se refermer après la douche avant d’appliquer un déodorant.

Il est important de préciser que la sueur secrétée est inodore. Une odeur de transpiration que les femmes cherchent à masquer à tout prix provient des bactéries naturellement présentes sous les aisselles. Une toilette régulière de cette zone permet de résoudre ce problème. Enfin, il existe une alternative naturelle aux déodorants connue depuis des siècles. Il s’agît de la pierre d’alun – un minéral salin qui combat les bactéries responsables des odeurs désagréables. Il permet d’éliminer les toxines et d’éviter leur accumulation au niveau des nœuds lymphatiques susceptible de provoquer des mutations cellulaires. Vous le trouverez dans des boutiques des produits bio ou des pharmacies. De même, choisissez des déodorants bio sans substances chimiques néfastes pour la santé.

La santé est un choix de vie qui vous appartient !

Votre santé est entre vos mains !

Mila Bichart

Naturopathe                                                      

Paris

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien